d

Dès lors, je grattais clandestinement du papier avec mon stylographe pour y inscrire des signes. Les mots devinrent ainsi mon obsession, mon formidable secret, et ma maladie honteuse. Sur les pages, les mots se changèrent petit à petit en phrases, les phrases en paragraphes, les paragraphes en chapitres et enfin les chapitres dessinèrent une âme. Et comme, je n’en avais pas et quelle était à personne, je me suis dit qu'elle serait mienne.” Stanislas Kazal
(Le Crève Cœur, la naissance de Stanislas Kazal)

Dès lors, je grattais…

by stanislaskazal

0

Thanks for the...

  1. 0Smile
  2. 0Inspiration
  3. 0Laugh
  4. 0Story
  5. 0Mindtrip
  6. 0Help
  7. 0Feelings

Thank the author

0

Comments


No one has commented on this note yet

Previous
Next